« Résiste »: Suite et fin

Mai 5 • Nouvelles • 604 vues • Aucun commentaire sur « Résiste »: Suite et fin

 

L’homme était parcouru de regrets, mais il essaya de ne plus y penser. Il n’avait pas cédé depuis longtemps. Ce n’était pas aujourd’hui qu’il allait recommencer. Non… Il se l’était promis. Néanmoins, lorsqu’il s’apprêta à partir, plus d’une heure après cet échange, il remarqua le sac qui avait été oublié par sa propriétaire. Il hésita un instant avant de fouiller son contenu dans l’espoir d’y trouver une adresse. Il aurait pu le laisser au comptoir, mais après tout ce qui s’était passé, il n’était pas sûr que la femme remettrait les pieds dans ce bar.
Il sortit un rouge à lèvres, un petit miroir, un livre qu’il avait d’ailleurs déjà lu (il en avait lu beaucoup plus que l’on aurait pu le croire) et un porte-feuilles contenant quelques pièces et billets, des papiers en tous genres (tickets de caisse, numéros de téléphone,…) et de nombreuses cartes dont plusieurs indiquaient ses nom, prénom et adresse. C’est ainsi qu’il sut qu’elle s’appelait Marie Baert et qu’elle habitait au 9, rue de la Régence.
Il prit quelques minutes pour réfléchir avant de se décider. Il ne pouvait pas aller chez elle. S’il franchissait seulement le seuil de sa porte, il était certain qu’il ne pourrait résister. Mais s’il n’acceptait pas d’entrer ? Il pourrait juste lui déposer son bien et s’en aller. Oui. C’est ce qu’il ferait. Entrer et ressortir aussitôt. C’était la meilleure chose à faire, il ne pouvait tout de même pas la laisser sans son sac. Il contenait, comme il avait eu le temps de le constater, quelques papiers importants.
Après ce moment de réflexion, il se dirigea vers sa voiture et prit la route. Il arriva au domicile de Marie en une dizaine de minutes. Il se gara devant la maison, sortit de la voiture et se promit une nouvelle fois de ne pas entrer.

Marie ouvrit la porte. Elle avait retrouvé un peu de l’éclat de son visage, mais ressemblait toujours à un enfant qui n’était pas parvenu à obtenir le jouet qu’il voulait depuis longtemps.

-Vous êtes-vous rendu compte de la chance que vous veniez de laisser passer ?, avait-elle dit avec un sourire légèrement méprisant.
-Pas exactement. Je vous apporte votre sac. Vous l’aviez oublié. Je suppose que vous vous en étiez rendue compte.
-A vrai dire, pas du tout. Je vous remercie. Au revoir. Elle avait dit cela d’un air déçu, mais elle ne rajouta rien là-dessus; elle ne voulait pas qu’il la croie désespérée.

Elle refermait la porte quand il retint celle-ci à l’aide de son pied. Il n’avait pas réussi à se contrôler. Il fallait qu’il entre. C’était plus fort que lui. Elle était là, devant lui, la fille de ses rêves. Si proche… Et puis… Cela faisait tellement de temps qu’il ne l’avait pas fait. Son odeur lui chatouillait le nez. Elle sourit. C’est ce qui le fit succomber.
Elle le fit entrer sans un mot. Il la suivit jusqu’à un canapé rouge sang installé au milieu d’un grand salon. Ils s’asseyèrent. Elle l’embrassa. Il lui embrassa les lèvres et s’empressa de descendre doucement vers son cou. Ses canines s’allongèrent pour former des crocs et il les planta dans sa chair. Il entendit un petit cri sourd, puis juste le son du sang qui coulait dans sa bouche. Si frais, si jeune… C’était tellement bon.
Vladimir s’en voulait d’avoir cédé à la tentation. Mais enfin… Sa vie n’était pas prête de s’achever, il avait tout son temps pour se rattraper de ses mauvaises actions.

Chaïmae Mathieu, 4LG.

Articles apparentés

Laisser un commentaire

« »