Nouvelle: « Descente » #2

Jan 24 • Actualités, Nouvelles • 197 vues • Aucun commentaire sur Nouvelle: « Descente » #2

Malgré la soudaine angoisse qui m’envahit, quelque chose me poussa à franchir le seuil, me retrouvant donc, assez déçu, dans une petite ruelle. Je la reconnaissais parfaitement puisque c’était l’endroit où, à mes heures perdues, je me promenais étant plus jeune. Seulement, quelque chose avait changé. Encore une fois, je n’aurais pas su dire quoi, mais j’en avais la certitude. Cette certitude se confirma lorsque je passai le pas de la porte du seul café encore présent dans cette ville pratiquement sans vie. Ce que j’y vis était incroyable, inimaginable, c’était devenu un endroit merveilleux, dont tout le monde aurait rêvé ou dont n’aurait osé rêver. Un lieu parfait pour toutes les activités, un sanctuaire de débauche ou un paradis pour les gourmands. Il y avait tout ce dont j’avais toujours voulu, de ma plus tendre enfance jusqu’à ce jour. Je m’y repris à maintes reprises pour être sûr que ce n’était pas qu’une hallucination crée par les fumées qui s’échappaient habituellement de cet endroit. Mais non, c’était la réalité. Ou une image d’une réalité améliorée. Je n’eus pas le temps de m’habituer à cette vision extraordinaire, ni de la comprendre. En moins de cinq minutes, je m’étais retrouvé d’un endroit à un autre, soulevé ou tiré par une sorte de force invisible.
Cet endroit n’était pas tellement différent de celui que je venais de quitter. Je compris la nuance qu’il y avait entre ces deux lieux, une nuance assez moindre, quand je m’aperçus qu’il ne me suffisait plus de penser à ce que je voulais pour l’obtenir. Tout était devant moi, tout ce dont je rêvais, je n’avais qu’à le chercher. Là était la différence : l’effort. Je n’allais évidemment pas faire mon difficile. J’avais tout. Pourquoi en demander plus ? Mais cette fois-là encore, il me fallut moins de dix minutes pour être projeté autre part.
A cet instant-là, je réalisai que tout cela n’était réellement qu’un rêve. Réaliste, certes, mais un rêve tout de même. Rien n’était anormal, pour peu que me retrouver chez moi et non pas à la campagne, était normal. Je mis quelques jours à m’habituer à cela. Toute cette histoire m’avait semblé tellement réelle, je n’arrivais pas à me résoudre à penser que c’était faux, que ce n’était qu’un monde créé par mon inconscient. J’aurais à la limite aimé retourner chez mon grand-père, qu’il y ait au moins la preuve de quelque chose de vrai. Après des jours de réflexion, je me résolus à accepter cette vie que je devais continuer à vivre en regrettant celle dont j’avais été l’acteur pour de courts instants.
C’est au moment où cette même force m’attira de nouveau, comme elle l’avait déjà fait à deux reprises, que je compris mon erreur. Tout n’était pas fini. Cela continuait. Qu’est-ce qui m’attendait cette fois ? Je n’en avais pas la moindre idée. Je savais encore moins si mon esprit divaguait ou si c’était vrai. Très vite, je cessai de me réjouir. Cette fois, ce ne pouvait pas être un rêve. Ou plutôt un cauchemar dans ce cas-là. L’endroit était terrible, la haine et la terreur se sentaient. C’était un monde de guerre, de froideur, de sang, un monde glacial où régnait une atmosphère morbide.

Articles apparentés

Laisser un commentaire

« »